jrcourtois: le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 17 mai 2010

C'est la merde

Ne lisez pas ça si vous n'avez pas la pêche.

Lire la suite...

lundi 25 janvier 2010

Je crois que j'ai besoin de sommeil

Parce que j'ai des idées noires, parce que j'ai envie de dire des choses tristes, parce que les gens me manquent, parce que je suis pas retourné voir mon père au cimetière, parce que j'ai pas envie d'écrire ce que j'écris, parce que je ne sais pas très bien ce qui m'arrive.

Parce que j'ai envie de parler, mais je ne sais même pas de quoi.

De la mort de mon père, de son enterrement, sans doute. J'aurais aimé lui écrire une éloge funèbre, sur quel modèle il a été pour moi, modèle d'intégrité, modèle d'écoute, de générosité. Parce que j'ai presque eu l'impression d'enterrer un saint ce jour là. Parce qu'il n'est pas complètement mort, mais qu'il n'est plus vraiment là quand même. Vraiment plus là... On dirait qu'il est vrai, mais en fait, on ne ferait que le dire.

Je fais pas semblant, jamais. La aussi, héritage du père, l'honnêteté. Je fais pas semblant d'aller mal ou d'aller bien. Je crois bien que je suis fatigué.

Juste un besoin de sommeil.

vendredi 4 décembre 2009

Enfin décembre

L'hiver s'installe, moins de lumière dans la journée, la pluie froide et persistante, les lumières de la ville.

Novembre qui se termine, qui a apporté son petit lot de tristes nouvelles, c'est à nouveau mon papa qui occupe toutes mes pensées. Le mois de décembre va passer vite. Mais il y a peu de chance que je sois serein durant ce mois.

Hier soir je suis rentré d'une soirée avec les anciens de ma promo, pour leur expliquer ce que je faisais, et pour leur dire au revoir... J'ai passé une excellente soirée, je n'ai pas parlé de mon père. J'ai pleuré sur mon vélo.

jeudi 16 avril 2009

Très occupé

Donc pas le temps d'écrire. Pas le temps de trop réfléchir non plus.

Et la fatigue qui fait que rien ne va, que tout semble irréel.

Préocuppé, un peu, par mon avenir, Grenoble, pas Grenoble. Informaticien, pas informaticien. Célibataire, ou célibataire.

J'ai pas vraiment besoin qu'on me remonte le moral, ce soir je suis allé prendre une bière avec mon collègue. Juste une bière, et c'était bien.

Un peu comme si j'étais en chute libre, avec un parachute, je vois pas encore le sol, mais je sais qu'un moment donné, il va bien falloir que je prenne la décision de l'ouvrir ce putain de parachute, avant de me retrouver écrasé.

mardi 2 décembre 2008

Pourquoi tenir un blog ?

Au début, c'était pour faire comme tout le monde, après, c'était pour devenir célèbre, mais ce que je trouve bien pratique, c'est que ça permet d'informer les gens sur ce qui se passe dans ma vie.

Ecrire les choses, c'est aussi pour moi une thérapie, poser des mots sur des sentiments, des émotions. Rationaliser.

Ecrire, c'est bien sûr un excellent exercice de communication, ce que je dois dire, ce que je peux me permettre de dire, ça sert un peu de laboratoire d'idées.

Et là, je ne sais pas si je dois dire ou pas, que ce que je suis en train de vivre est difficile. Mon père est à l'hôpital, et je suis très inquiet, les informations sur la nature de son problème sont assez pessimistes, mais pas encore complètes. Je suis dans un état oscillant entre espoir et résignation. Alors, ai-je le droit de vous cracher mes problèmes à la face, n'ai je donc aucune pudeur ?

Est-ce un profond besoin narcissique d'attirer votre compassion ?

En tout cas, écrire ces mots, cela me fait du bien, et oui, Macaron, parler à des inconnus, c'est mille fois plus facile que d'être en direct avec les gens qu'on aime. J'ai fait pleurer ma sœur au téléphone, et ma mère m'a fait pleurer aussi...

"Mais, si on pleure, c'est pas forcément de la tristesse." (Papa)

C'est juste un moyen de se dire qu'on s'aime et que c'est dur.

- page 2 de 5 -