Depuis que j'ai tourné mon lit dans l'autre sens, je dors mieux, à moins que ce soit moins de stress du au fait que mon travail ne me pèse plus.

Toujours est-il que le lever est quand même un peu difficile. Bus, RER, métro six, puis deux, puis trois. Un peu de marche à pied pour arriver à l'accueil à 10.00 pile. Premier entretien de la journée, l'ingénieur qui m'accueille, j'aurais peut-être du expliquer que j'étais désolé d'arriver si juste. Sans doute avait il mieux à faire que d'avoir la sensation de perdre son temps avec moi. Je ressors, il est à peine 10.45, j'ai 2 heures pour retrouver mon beau frère et ma petite nièce.

Traversée de la Seine, il y aurait près de 32 espèces de poissons recensées dans la Seine, que ça va mieux qu'à une époque où leur nombre était descendus à 4... Arrivé chez ma sœur un peu en avance, je m'assois sur un banc, pour réfléchir et observer, notamment, une petite vieille qui marche comme si elle avait couru un marathon la veille. Brr...

Un petit moment de détente avec ma nièce : biberon, gazouillis. Bon, elle n'a pas encore beaucoup de conversation, mais elle a un sourire trognon. Retour sur la Défense pour le deuxième entretien, ça se passe un peu mieux, et le petit test technique me met en confiance, j'ai l'impression de m'en tirer pas trop mal, et ça fait bien plaisir. Encore un rendez-vous, à Saint-Lazarre, retour dans le RER A, ces gens qui courent pour monter dans le bon wagon. Un rendez-vous rapide, dans une petite boite à dimension humaine (elles le disent toutes...).

Ca y est, je suis en vacances, le soir, je retrouve 2 ex-collègues du LRI. Sur la route, je flâne dans Paris, au hasard des rues, je me retrouve dans la même rue où j'ai fait mon stage de 4° année, c'est marrant de se voir 5 ans en arrière. J'attends ensuite Renaud à la gare de Lyon. En l'attendant, je suis allé acheter deux trois bouquins. Du coup j'ai eu le temps de lire le Petit Prince. On a ensuite bu un coup avec le gars Gaudron.

Des petites discussions intéressantes sur le devenir de chacun. Parce que des fois, quand ça va bien, il faut le dire aussi...

Pis ce soir, je prends le train en direction de la montagne et du ski...

YESSS!