Pour ma part, cela a commencé par un investissement politique, puisque j'ai rejoint Les Verts en 2006. Je voulais avant tout comprendre comment cela fonctionnait, parce qu'aller dans un parti de gauche quand on est dans un département bien positionné à droite, ce n'est pas pour faire une carrière politique. Et il y a deux choses qui m'ont marqué : peu nombreux, et plutôt plus proche de la retraite que du Lycée. Par ailleurs, il m'a vraiment semblé que chacun des membres du groupe local avait des tonnes d'engagement dans d'autres associations.

Je n'ai pas forcément été déçu, mais j'ai compris que je n'arriverais pas à me satisfaire pleinement de cet investissement, et j'ai donc rejoint une association de promotion des circulations douces : velobuc. Ca m'a permis de trouver des gens différents, un investissement un peu plus concret. Les difficultés inhérentes aux petites associations, le grand écart qu'il existe avec la politique.

Puis n'en ayant sans doute pas assez, je me suis inscrit au syndicat de mon entreprise, mais là, j'ai compris que c'était trop de travail pour moi que de suivre tout ça. Et pourtant, il y a un gros besoin de bénévoles dans chacune de ces structures, chacune ayant un rôle bien précis à jouer. Et c'est dans ce sens que je vous invite à vous investir dans l'un de ces milieux.

De ce qu'il me semble, l'investissement associatif local permet d'être en prise directe avec la réalité, mais est souvent beaucoup plus éprouvant, car on doit déplacer des montagnes avec de petits moyens.

L'investissement syndical demande lui aussi beaucoup de temps, mais il me semble qu'on a à la fois un aspect direct, quand il s'agit de s'occuper du CE ou de protéger les salariés et aussi un investissement et un soutien d'une organisation plus importante.

L'investissement politique quand à lui est un peu moins concret, et peut sans doute causer quelques désillusions.

Le terme investissement n'est pas choisi par hasard, il s'agit de donner du temps, de l'argent, une partie de son esprit, sans espérer un retour bien concret, à part de la satisfaction de voir certaines choses évoluer. Il faut aussi bien avoir conscience de l'aspect stratégique qui se joue dans ces milieux là. Que ce soit des luttes internes pour obtenir le pouvoir, les relations avec les autres associations/syndicats/partis, avec le pouvoir en place, avec les électeurs/membres des associations/salariés...

Tout cela n'est pas toujours évident, mais je pense que c'est indispensable.