La fin et le début.

J'ai pas pleuré, mais c'était un peu limite quand même. Ce qui est dur c'est de voir qu'on tient aux gens et qu'ils tiennent à vous. Parce que bon, y a deux trois personnes que j'aimais bien dans ce travail, mais je me doutais pas qu'en allant serrer la pince à une quarantaine de personnes, y en aurait si peu à qui j'avais pas grand chose à dire.

Voilà, je pense que ces gens, cette ambiance vont me manquer, que le plongeon dans l'inconnu est quelque chose qui me fait peur. Mon corps résiste à ce changement, j'occupe ma tête autrement pour ne pas trop tergiverser, pas regretter.

Demain, commence une nouvelle vie, et c'est pas un poisson. Ou alors un poisson qui devrait changer de bocal, qui n'aurait pas bien conscience de ce qui se passe autour de lui, qui resterait dans sa bulle.

Voilà, je vous aime tous, les gens que je quitte, les gens que je rejoins bien sûr, les gens qui me lisent aussi (quoi démago moi ?)...