Au moment de choisir la catégorie, un petit doute.

Je vais bien, ou je ne vais pas bien. J'ai besoin de laisser couler les mots, de jeter quelques mots pour décrire un peu mon état d'esprit. Comme un trop plein, trop plein de fatigue, trop plein de réflexions non couchées, trop plein de stress non assumé...

Le corps parle un peu, mal au cou, mal au cul, mal au rein... C'est que ça doit pas aller trop bien.

Dans le même temps, au boulot, je fais des trucs qui semble satisfaire les gens, même si j'arrive à oublier de faire des trucs, l'avenir est pour moi pas trop sombre avec un nouveau contrat qui se profile, quelque chose qui pourrait être encore bien intéressant. Je continue d'avoir une vie de coloc qui est bien cool, c'est quelque chose dont on n'a pas forcément confiance, mais, le fait de ne pas avoir de problèmes à gérer quand on rentre le soir, c'est chouette.

Dans les trucs cools, il y a aussi le fait de faire des activités sympa, comme par exemple de la voile... C'est un peu au sujet de la voile que j'avais envie de continuer de filer ma métaphore, sur la vie, le fait de prendre un cap, de choisir une route, d'avancer au gré du vent. En fait, pour avancer quand on fait de la voile, c'est important d'avoir un cap, sinon, on ne fait pas grand chose. On peut, et on doit souvent ne pas prendre la route directe pour arriver au but, car ce n'est pas souvent la plus rapide, ni même la plus agréable. On doit souvent lutter contre le vent, mais ça veut dire voire d'où il vient, quelle force il a, se tenir prêt au cas où il tombe, au cas où il change de direction...

Je n'ai pas du tout l'habitude de voir ma vie comme ça, enfin, pas tout à fait. Disons que j'ai en vrai, un but ultime et qu'il m'aide sans doute à avancer, un but que peut-être je n'atteindrais jamais. J'ai disons sans doute une chance sur 10 millions d'y arriver. Cela n'a d'ailleurs sans doute pas d'importance, et peut-être qu'il est d'ailleurs temps pour moi de me l'avouer et de le peaufiner un peu. Je rêve depuis tout gamin de devenir président de la république. Et je me dis que 25 ans plus tard (puisque c'était en CE2), je peux sans doute affiner ce rêve et dire, je veux être un bon président de la république.

Bon, dans le sens, apporter quelque chose de positif à la France, à la société humaine. C'est un peu (beaucoup) ambitieux, et je n'ai pas de feuille de route tracée, je n'ai pas réfléchi à la date à laquelle je serais le plus prêt pour être bon, ni le meilleur moyen de me faire élire. Globalement, je pense qu'il me faut encore apprendre beaucoup avant de pouvoir aspirer à atteindre cet objectif, mais le fait de savoir ce que je veux, et de savoir que je le sais, et d'assumer de vouloir ce que je veux, c'est un peu ça que je veux promouvoir.

J'ai peut-être besoin de cette "révélation"...

La prochaine fois, promis, je mets une photo, ou une image.