Et il commence à faire un peu froid.

Elle est très bizarre cette année. 2 élections, et en début d'année une attaque d'un journal satirique, et cette fin d'année, c'est des terrasses de café et un concert de musique qui se sont fait attaquées.

A force de dire qu'on n'est plus vraiment en démocratie, ça finit par arriver. On a l'impression que le gouvernement se met à prendre son rôle de protecteur du pays au dessus de tout. Les terroristes seraient au cœur de notre pays, nous serions en guerre.

Ce qui est absolument vrai, c'est que nous avons été touché comme peuvent l'être des pays que nous considérons actuellement comme réellement en guerre. Nous avons peur de chaque bruit suspect, nous sommes soupçonneux de tout, même de notre gouvernement. C'est la vérité, je ne sais absolument pas à quoi m'en tenir. Je n'ai pas peur, pas peur de mourir, par contre, je suis très triste, car j'ai l'impression que les heures vers lesquelles on va vont être bien difficiles. J'ai peur en écrivant ces mots d'écrire mon testament.

Quelque part, je me dis que si je dois mourir en défendant mon idéal de société, c'est à dire en croyant qu'un autre monde existe et qu'il est réel, c'est que si je me trompe, finalement, qu'un meilleur monde n'est pas possible, il vaut mieux mourir. Après tout la planète n'a pas besoin de nous. C'est bien nous qui avons besoin d'elle. C'est notre maison bon sang.

L'humanité, c'est en ça que je crois, ce qui fait qu'on est capable de reconnaître en l'autre un semblable, celui ou celle avec qui on peut échanger. Ce regard qui fait exister l'autre et qui en miroir nous fait exister nous aussi. Nous ne sommes pas qu'une idée que notre cerveau s'invente, par le regard, par l'échange, nous existons. C'est en cela que nous sommes.

Je n'ai aucune envie de mourir en fait. Même si je me pose des questions sur ce que je fais sur cette planète, sur le fait que je n'arrive pas encore à me poser

ONLY A MAN CAN BE, WHAT HIS LIFE CAN BE.

L'année prochaine, je me concentre sur un objectif et je m'y tiens. Je ne sais pas encore ce qu'il sera, mais au printemps prochain, l'herbe reverdira.