Dimanche prochain ont lieu les élections présidentielles. En 2002, on avait eu droit à un duel entre Chirac et Le Pen, un fasciste dangereux et un président sortant. La surprise du premier tour nous avait incité, moi et d'autres à sortir dans la rue pour manifester notre mécontentement, notre honte. Honte du résultat, honte un peu d'avoir laisser Jospin se faire éliminer. Le rejet fut massif, le score, historique.

Cette année, l'indignation n'est plus là, cela fait 2 ans que l'on se doute que Le Pen (sa fille), sera au second tour. La surprise vient de son concurrent, et un peu du fait qu'elle n'arrive qu'en deuxième position. Beaucoup sont déçus du résultat : cela est compréhensible. Pour autant, il me semble illusoire de ne pas se déplacer pour aller voter. Nous sommes en démocratie, et c'est un droit et un devoir de s'exprimer. Ne pas le faire revient à dire, je me fous du résultat, je ne veux pas participer à cette mascarade. OK, mais dans ce cas, allez jusqu'au bout de votre démarche et quittez la France, ou au moins arrêtez de payer vos impôts et refusez vos allocations chomage,

Mon choix est clair : Macron est convaincu qu'il va gagner, il n'a jamais eu ma voix, il estime donc ne pas en avoir besoin, je ne lui donnerais pas. JAMAIS je ne jetterais le désavoeu à ceux qui voteront pour lui : pour avoir un troisième tour avec les législatives sa victoire est impérative. On peut facilement imaginer qu'avec l'état d'urgence dans lequel nous vivons actuellement, si Le Pen arrive au pouvoir elle pourra faire un peu ce qu'elle voudra.

Ceux qui misent sur une implosion du FN consécutive à une large défaite lors de la séquence électorale, peut-être ont ils raison, mais finalement si la petite fille venait à remplacer la fille, ne serait-ce pas encore pire ? Et soyons sérieux, les sondage se trompent sans doute, mais quelque soit la mobilisation, Le Pen captera sans doute plus de voix au second tour qu'elle n'en a eu au premier, et c'est cela qui est malheureux. Ce sont donc bien les gens qui n'ont pas voté pour elle au premier tour qu'il faut convaincre de ne pas le faire au second !