La vie suit son cours, la coloc ne se fera pas. Vite rebondir, passer la déception, le doute trouver une saine activité, organiser ses vacances. Essayer d'avancer, pour ne pas penser. C'est un peu fou ce qui se passe dans le monde, les signaux plus ou moins positifs qui font se demander s'il faut rester optimiste. Un peu comme la vie, il n'y a pas que des bonnes nouvelles, il faut faire le tri. Pour avoir un peu conscience de ce qui se passe autour de nous, on doit effectivement savoir déterminer si ce qui nous touche est bien ou mal, si cela nous porte préjudice, si on peut y faire quelque chose. On peut aussi vivre la vie comme elle vient en étant sur un nuage, en évitant de tergiverser, de penser et repasser le film... Vivre sa vie dans l'action. Ou vivre comme un zombie. Je vais sur un quart de siècle. Ça commence à faire vieux. Mais je penses pas encore a la mort. Plus a des occasions loupées, à une vie pleine de vide, en manque. C'est pas très drôle tout ça. Alors que j'avais plutôt plus la pêche en ce début de semaine qu'à la fin de la semaine dernière. J'écris en me disant que, peut-être, il sortira quelque chose de bien de ma prose, j'agis comme un spectateur de ma vie, désirant connaitre la fin, attendant que l'intrigue se noue, essayant de voir les pistes qui me permettront de la deviner. De deviner la prochaine étape en tout cas. Je penses que tout va bien pour le moment, et que tout rira de mieux en mieux.

J'écris un peu comme je brouillonne ma vie.

Désolé.