jrcourtois: le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 8 novembre 2011

Lâcher prise

Quand la tête te fait mal, que tu sens un malaise en toi, Il faut lâcher prise, décontracte-toi ! Quand la tête te fait mal et que ça craint autour de toi, Il faut lâcher prise, allez calme-toi !

Lâcher prise ne veut pas dire relâcher son attention Lâcher prise, en d'autres termes, c'est refuser la pression L'itinéraire d'une fille, l'itinéraire d'un garçon Ne sauraient s'accommoder d'obligations, d'interdictions Les certificats, les brevets, tous les diplômes avec mention À eux seuls ne suffisent pas à former les générations Etre à l'affût des sensations, être à l'affût des vibrations Le savoir qui mène au pouvoir, entre les deux il y a l'action.

Le centralisme nous les brise, il faut lâcher prise Partout on nous parle de crise, il faut lâcher prise Le commerce et la loi du biz, il faut lâcher prise Les infos et les analyses, il faut lâcher prise La peur qui nous paralyse, il faut lâcher prise Tous les discours qui nous défrisent, il faut lâcher prise Les bien-pensants qui interdisent, il faut lâcher prise Les gouvernants qui nous méprisent, il faut lâcher prise…

Ce qu'on appelle le système ou encore la société Est un drôle de phénomène qu'il faut interpréter

Il faut y prendre de la peine, en saisir la complexité Surtout pas rester à la traîne sinon tu te fais éjecter L'ignorance est un grand danger, c'est comme aller les yeux fermés Dans la danse le Papet est là pour te le rappeler __Au quotidien tu dois trouver l'information et discerner Où est le mal, où est le bien, ce qui est faux, ce qui est vrai.__

Prenètz lo bòn temps collèga Prenètz lo tant que l'avètz Quora serètz dins la panada Lo bòn temps vos passarà Lo pegin es una pesta Lo vòli jamai pescar Aquò m'es montat a la testa E mai ne'n davalarà pas.

Les affaires qui scandalisent, il faut lâcher prise Pas de gâteau sous la cerise, il faut lâcher prise Les financiers qui vampirisent, il faut lâcher prise La police qui verbalise, il faut lâcher prise Ces fadas qui balkanisent, il faut lâcher prise Le progrès qui nous spécialise, il faut lâcher prise La violence et la bêtise, il faut lâcher prise Avant que l'on soit dans la mouise …

Massilia sound System

dimanche 17 juillet 2011

Eva Joly - suppression du défilé du 14 juillet

Pour celles et ceux qui ne seraient pas au courant, je suis adhérent d'EELV et au cours de la primaire qui a vu Eva Joly l'emporter sur Nicolas Hulot, j'étais plutôt pour l'ancienne magistrate.

Le matin même justement, je me réveillais avec une petite musique dans la tête : "La musique qui marche au pas, cela ne me regarde pas."

Le tollé provoqué par son idée de remplacer un défilé militaire par un défilé citoyen, je ne vous cacherai pas que je m'en délecte. Même si bien sûr, la forme, on pouvait l'envisager, je ne pensais pas que sur le fond, seuls les écolos soutiendraient cette proposition. Elle me parait pourtant découler de bon sens, mais non, à gauche comme à droite, il faut défendre les militaires, ne pas toucher à l'histoire, aux symboles... Cela me renforce dans ma conviction qu'il n'y a finalement que les écologistes pour avoir envie de changer des choses.

Alors bien sûr on me répondra que ce n'est pas en supprimant le défilé du 14 juillet qu'on résoudra les problèmes des français. Chômage, insécurité, mais ça fait 40 ans qu'on nous vend ces problèmes et aucunes des solutions proposées jusqu'à maintenant ne sont réellement efficace. Peut-être est-ce simplement parce que sur certains problèmes, nous n'avons pas la main.

Le changement en lui-même est salutaire, en économie, on parle de crise, les anciens combattants disent qu'il faudrait une "bonne" guerre, certains jeunes ont envie de faire bouger les choses, nos amis d'Afrique du Nord lancent des révolutions. Alors oui, le changement est nécessaire, et c'est ce que proposent les écologistes et Eva Joly, réforme de la société, réforme des institutions...

vendredi 13 novembre 2009

La France tu l'aimes ou tu la quittes

Au lieu d'aimer la France, ils feraient mieux d'aimer les français.

Pour pouvoir être fier d'être français, encore faudrait-il pouvoir être fier des français...

vendredi 30 octobre 2009

L'identité nationale

Le gouvernement veut ouvrir le débat, sans doute à des fins électoralistes, on ne peut juger de rien. N'empêche que cette question est intéressante d'un point de vue philosophique.

Qui suis je ?

C'est la question de l'identité, qu'est ce qui me définit. C'est même sans doute la question philosophique la plus difficile qui soit. Et donc, je n'ai pas la prétention d'y répondre, mais du coup, le débat qui est proposé est forcément intéressant.

Qu'est-ce qu'une nation ?

L'identité est nationale dans ce cas, ça veut dire qu'on doit se poser la question de ce qu'est une nation ? Cette idée qu'un ensemble de gens se reconnaissent comme faisant partie de cette même nation, qu'ils partagent certaines valeurs, une histoire, un pays (très beau pays, j'ai entendu ce soir à la TV).

Liberté, Egalité, Fraternité, Nation des droits de l'homme, Résistance...

Qu'est ce que la société ?

Oui, en fait, qu'est ce qu'on veut faire ensemble, pourquoi as t'on besoin de se rassembler en nation, pourquoi se poser la question de ce qui nous différencie des Belges, des Congolais ou des Etatsuniens ? Il est important de savoir qui nous sommes, et ce que nous voulons faire ensemble. Mais si déterminer ce qu'on veut faire ensemble est une question politique (je dirais même LA question politique), savoir qui on est appartient au débat philosophique, donc ne mélangeons pas les genres. Ce qu'a tendance à faire allégrement monsieur S.

jeudi 29 octobre 2009

Auto stop

L'autre soir, je voulais rentrer chez moi, mais comme il était un peu tard, il n'y avait plus de bus je me mets à faire du stop. Comme j'habite a cotg de Versailles, c'est plutot des belles voitures qui passent dans la rue. Peu de chance de me faire prendre rapidement...

Malgré toutes mes prédictions, un gros 4*4 s'arrête, au volant duquel une jolie demoiselle qui me demande:

  • Vous êtes de quel coté ?
  • Je suis du Haut Buc.
  • Non, je veux dire, vous êtes plutot pour Pecresse ou pour Huchon ?

Là, j'ai senti un peu l'arnaque, mais je me suis dit qu'il était tard et que j'avais sans doute pas envie de rentrer a pied, donc je réponds,

  • Ah, certainement pas pour Huchon !!!(Sans etre tout a fait vrai, c'est pas completement faux non plus...)

Elle me fait donc monter, et là le choc, elle est pas seulement jolie, elle est carrément splendide, et vetue, genre pour présenter les voitures au salon de l'automobile... C'est d'ailleurs ce qu'elle fait. Je peux pas dire que je reste ni insensible ni de marbre, et n'y tenant plus je finis par lui dire:

  • Vous allez rire, mais c'est marrant la politique, ca fait pas 5 minutes que je suis de droite, et j'ai déjà envie de baiser quelqu'un.

- page 1 de 3