jrcourtois: le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 29 août 2011

Décroissance ?

Dans l'imaginaire collectif, le progrès est érigé en modèle. Progrès scientifique, progrès dans la médecine, progrès technologique, allongement de l'espérance de vie, diffusion de la démocratie parmi tous les peuples... Cette notion est tellement prégnante dans la société que ceux qui pensent que c'était peut-être mieux avant se font traiter de rétrograde. Non, il faut continuer d'avancer, si possible de plus en plus vite, peu importe la direction d'ailleurs. L'important n'est pas là, l'important est d'aller plus haut, plus vite, plus loin ; de travailler plus pour gagner plus. Le monde dans lequel on vit est un monde dont la seule valeur est l'argent. Au départ, il ne s'agissait que d'un outil pour faciliter les échanges, il est ensuite devenu une marchandise, un but en soi. Pour être finalement aujourd'hui le principal prisme pour analyser la société.

Qu'on soit clair, quand je parle de décroissance, je ne veux pas dire qu'il faille revenir à la bougie, ni à l'époque de cro magnon comme on voudrait nous le faire croire. La croissance ne veut pas dire l'amélioration du niveau de vie de chacun, la décroissance n'implique pas non plus la diminution du niveau de vie de tous. Quand on parle de décroissance, on veut dire deux choses, tout d'abord, le thermomètre qu'il constitue ne nous renseigne pas vraiment sur l'état de la société, et par ailleurs, il nous entraîne vers un mur : en effet une croissance infinie dans un monde aux ressources limités est sans doute l'escroquerie la plus énorme de ces derniers siècles...

Je pense sincèrement qu'un autre monde est possible, qu'une autre forme de société est envisageable. Une société qui prenne en compte le monde qui nous entoure, à la fois notre planète et aussi les gens qui sont autour de nous.

Cette société est à bâtir, et ne se fera sans doute pas en un jour, mais imaginons juste une société sans banque multinationale, sans publicité, sans télévision...

mardi 28 septembre 2010

Le rassemblement des écologistes

Samedi, j'ai passé l'après-midi à l'assemblée générale des Verts de l'Isère, ça fait maintenant presque 6 mois que je suis arrivé à Grenoble, et on ne peut pas dire que mon engagement soit très assidu. Je crois que ça vient surtout de raisons personnelles, mais je crois qu'il peut m'être utile de faire le point sur cet engagement.

L'intérêt pour la chose politique date de mon enfance, suivre papa aux dépouillement des élections, comprendre qui sont les ministres, avoir envie de devenir Président de la République, réécrire la constitution. Mon intérêt pour l'écologie est un peu moins clair, mais la sauvegarde de la planète me semble avoir toujours été comme allant de soi. Notre planète a des ressources limitées, nos actions ont des conséquences, la vie est belle et fragile.

Pourtant, franchir le pas, ce n'est pas forcément évident, choisir un job, un appartement, au moment de dire oui, on a toujours un peu d'appréhension, et être encarté dans un parti politique n'est pas forcément une obligation (surtout en France). Mais finalement, une fois que l'on a fait le choix, on peut l'assumer. Alors oui, je crois que l'écologie est un système politique qui vaut autant que le socialisme ou le capitalisme. Le modèle tel qu'il est proposé est parfait, les moyens que l'on met en œuvre pour y arriver sont ceux qui vont poser souci. Donc pour faire ce choix, il y a aussi l'idée de faire de la politique autrement, qui a été le slogan des Verts pendant un bon moment (maintenant que les Verts sont une espèce en voie de disparition, on a tendance à l'oublier un peu, mais c'est à mon avis dans les actes que la construction de cet OPNI (Objet Politique Non Identifié) le montre bien.

Le rassemblement des écologistes, c'est donc une volonté de faire de la politique autrement, c'est à dire de faire participer le plus grand nombre, même les gens pour qui la politique c'est quelque chose avec lequel il est dangereux de jouer (corruption, clientélisme, technocratisme). A mon sens, Europe Ecologie c'est une vraie opportunité de porter le débat politique d'une manière différente, c'est pour ça que toi aussi tu peux rejoindre le mouvement, apporter ta contribution, grande ou petite...

samedi 21 août 2010

Révolution Verte : l'exemple de la Silicon Valley

Titre d'un livre écrit par Michel KTITAREFF. 190 pages que j'ai lues en une soirée dans le train et qui m'ont inspiré quelques réflexions.

En effet, ce livre a l'ambition de solutionner la crise écologique que nous traversons actuellement, par le biais des progrès scientifiques et des nouvelles technologies. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce qu'il avance.

Lire la suite...

lundi 11 janvier 2010

Décroissance

C'est un terme un peu à la mode, aussi comme je me sens concerné, je vais essayer de présenter un peu ce que j'en comprends, ce que j'en pense.

On part d'un constat, une croissance infinie dans un monde fini est juste une ineptie, même sans avoir fait de mathématiques bien profonde. Ce constat part des mêmes hypothèses que celle de http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Malthus dès le 19° siècle. Mais la méthode qu'il proposait pour faire ses calculs se heurtait aux progrès de la science dans tous les domaines.

Le 20° siècle nous as appris que les progrès pouvaient conduire au meilleur comme au pire, les progrès de la communication, des transports, de la médecine font face aux deux guerres mondiales, au terrorisme à la surabondance face à la famine.

Alors vous le savez, je suis un optimiste, et je pense que changer d'optique, changer cette fuite en avant est possible. Le fait que le bilan d'un gouvernement sur 5 ans ne se fasse que sur le taux de croissance ou le taux de chômage, c'est quand même hallucinant. Il faut donc pousser les dirigeants à penser autrement. Qu'il s'agisse des dirigeants politiques ou des grandes entreprises, si on change nos comportement, cela les incitera sans doute à réfléchir et à proposer des nouvelle solutions.

Nous sommes aussi parti prenante dans ce processus de création d'idées neuves, je pense actuellement à un jeu vidéo à la civilization ou Age of Empires qui essaierait d'imaginer le monde de demain. Pas celui d'après-demain, comme un starcraft, non, celui de demain.

On est en 2050, des grands blocs se sont constitués, et une compétition est lancée pour conquérir l'espace. Comment fait on avec les ressources existantes pour explorer et coloniser le système solaire. Car je pense qu'il est raisonnable de penser qu'on atteindra pas les étoiles proche de sitôt...

mercredi 9 septembre 2009

Help needed

J'avoue que je bloque un peu sur la suite à donner à mon idée de syndicat écolo. Je sens que c'est une bonne idée, mais pour la faire progresser, je ne peux pas rester tout seul.

Par ailleurs, si vous trouvez que l'idée est un peu creuse, n'hésitez pas non plus à le dire.

Merci.

- page 1 de 2